close
Genève dit bye bye à Merck Serono et bonjour à Campus Biotech
Actualités

Genève dit bye bye à Merck Serono et bonjour à Campus Biotech

Un peu plus d’un an après l’annonce de la réorganisation de ses activités en Suisse et de la fermeture de son centre de Genève, Merck Serono vient de dresser un bilan de l’avenir du site et de ses salariés.

Le plan annoncé au printemps 2012 par le groupe allemand prévoyait la suppression de 500 des quelque 1250 postes du siège helvète et le transfert des 750 autres sur des sites du groupe en Suisse ou à l’étranger. A la fin avril 2013,  près de 23 % des employés (280 personnes) sont encore inscrits au chômage en France ou en Suisse tandis que 70 % des effectifs (863 personnes) sont maintenant reclassés. Outre les 300 personnes ayant accepté leur transfert sur un autre site du groupe (185 en Suisse et 115 à l’étranger), 520 ont retrouvé un emploi ou poursuivent un projet personnel. Par ailleurs, le programme d’aide à la création d’entreprise mis en place par le groupe a conduit à la création de sept start-up qui ont permis de reclasser 43 personnes. Parmi ces sociétés, on compte notamment Asceneuron, centrée sur le développement de traitements de la maladie d’Alzheimer et des pathologies associées aux protéines Tau, QuartzBio spécialisée dans la gestion des données et l’analyse exploratoire dans le domaine des biomarqueurs et Prexton Therapeutics dédiée à la maladie de Parkison. Cette spin-off dans laquelle ont été transférés les travaux de Merck Serono sur les récepteurs métabotropiques du glutamate a d’ailleurs signé au début de l’année un accord avec Domain Therapeutics. La société alsacienne lui a cédé une option de licence exclusive pour le développement de modulateurs allostériques positifs (PAMs) du récepteur métabotropique au glutamate 4 (mGluR4) qui étaient jusqu’alors développés dans le cadre d’un accord de collaboration intervenu en janvier 2011 avec Merck Serono.

Quant au site de Merck Serono au cœur de Genève, le site Sécheron, il conservera sa vocation centrée sur la R&D et revient en quelque sorte dans le giron de ses anciens propriétaires. A compter du 28 juin prochain, il deviendra la propriété du consortium Campus Biotech. Au sein de ce consortium qui vise à développer des opportunités pour les chercheurs et les entrepreneurs des biotechnologies, sont réunis l’école polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), l’université de Genève, Hansjörg Wyss fondateur de la société de dispositifs médicaux Synthes acquise par Johnson&Johnson en 2012, la fondation Wyss et la famille Bertarelli qui avait cédé Serono à Merck KGaA en décembre 2006. Le projet Campus Biotech prévoit ainsi qu’une partie des locaux soit utilisée par des start-up et des sociétés que Campus Biotech se chargera de recruter. 15 000 mètres carrés du site Sécheron seront également réservés à l’EPFL et à l’université de Genève dont les équipes se partageront une moitié de cette surface. L’autre moitié sera consacrée à un nouvel institut, l’Institut Wyss pour la bioingénierie et la neuroingénierie qui sera sera mis en place par l’EPFL et l’université de Genève grâce à une donation de 100 millions de francs suisses (80,4 millions d’euros) émanant de la fondation Wyss. Il s’agira d’un institut pluridisciplinaire conçu sur les mêmes principes que le Wyss Institue for Biologically Inspired Engineering. Créé à l’université d’Harvard en 2009 avec un premier soutien de 125 millions de $ apporté par la fondation Wyss, cet institut vise à transformer en produits les connaissances acquises sur les mécanismes de construction et de contrôle du vivant grâce à la conjonction des travaux de biologistes, de chimistes, de physiciens, d’ingénieurs, de cliniciens et de spécialistes du développement de produits pour l’industrie. Du côté de la famille Bertarelli, sa fondation va contribuer au projet à travers le soutien de ses chaires existantes à l’EPFL auxquelles elle va ajouter une donation pour deux autres chaires à l’Institut Wyss.

 © BioPharmAnalyses. Toute copie, diffusion, distribution, reproduction partielle ou totale  des informations publiées sur BioPharmAnalyses sont interdites sans accord préalable de la direction de la publication.


Your email address will not be published.