close
Merck Serono : tempête sur le lac Léman
Acteurs et Secteurs

Merck Serono : tempête sur le lac Léman

Six ans après avoir racheté le groupe biotech suisse Serono à la famille Bertarelli pour 16 milliards de francs suisses, l’allemand Merck KGaA vient d’annoncer la fermeture du siège de Merck Serono à Genève ainsi qu’une réduction de ses effectifs en Suisse. L’ensemble de ces opérations doit débuter au deuxième semestre 2012 pour s’achever au premier trimestre 2013. Toutes les activités du groupe en Suisse sont concernées. Sur les 1250 postes localisés à Genève, 500 seront supprimés tandis que les 750 autres seront transférés en Allemagne, aux Etats-Unis et en Chine.

Pour Merck KGaA, cette fermeture est nécessaire pour le maintien de la compétitivité globale du groupe et pour son avenir à long terme. La maison mère juge inutile de conserver deux sièges sociaux en Europe, avec toutes les duplications de poste qui en découlent. Ainsi toutes les fonctions inhérentes au siège seront dorénavant concentrées au niveau de son site historique de Darmstadt. Les fonctions de R&D menées à Genève seront redéployées entre Darmstadt, Pékin et Boston, ce dernier site ayant vocation à devenir le cœur des activités biotech du groupe. Outre ses activités de commercialisation pour le marché helvète basées à Zug, Merck KGaA ne maintient plus en Suisse que la production réalisée à Aubonne et à Corsier-sur-Vevey. Ici aussi, l’heure est à la réduction des effectifs (80 postes supprimés entre les trois sites de production d’Aubonne, de Coinsins et de Corsier-sur-Vevey) et à la concentration des sites. Merck KGaA a choisi de ne conserver que les sites d’Aubonne et de Corsier-sur Vevey, site sur lequel 300 millions d’euros d’investissements avaient été engagés en 2008 pour porter de deux à quatre le nombre de ses lignes de production. Quant au site de Coinsins, ses activités seront relocalisées sur le site d’Aubonne vers lequel seront transférés quelque 130 postes du siège de Genève liés à la production.

Merck KGaA a annoncé que des plans d’accompagnement avaient été prévus. A aussi été mise en place une équipe dédiée à l’assistance des personnels concernés ayant des projets de spin-off ou de start-up. Le groupe a décidé de consacrer jusqu’à 30 millions d’euros au financement d’amorçage de ces projets.

© BioPharmAnalyses. Toute copie, diffusion, distribution, reproduction partielle ou totale  des informations publiées sur BioPharmAnalyses sont interdites sans accord préalable de la direction de la publication.


Your email address will not be published.