close
AFCROs : sept mesures pour la recherche clinique
Actualités

AFCROs : sept mesures pour la recherche clinique

Face à la délocalisation croissante des études cliniques hors de l’Europe, et en particulier hors de France, l’AFCROs vient de proposer une série de sept mesures pour stimuler la recherche clinique et épidémiologique dans l’Hexagone. Sept mesures dont l’association qui regroupe les entreprises françaises de la recherche clinique et épidémiologique, revendique la simplicité. L’enjeu est de taille puisqu’il s’agit d’inverser une tendance préoccupante et de lutter contre le recul observé en France au cours de la dernière décennie. L’association relève notamment que le nombre d’essais cliniques réalisés sur le médicament a été divisé par deux en moins de 10 ans tandis que la France est passée en moins de trois ans du 2ème au 5ème rang mondial pour la part de sa population incluse dans des essais. « Derrière ces chiffres et au-delà des emplois directs et indirects perdus dans toute la filière Santé, se sont également la place de la recherche française, l’accès plus tardif aux innovations thérapeutiques pour les patients français, la place de la médecine française et l’indépendance sanitaire de la France qui sont en jeux. » explique le président de l’AFCROs, Denis Comet, président de l’AFCROs.

Dans la pratique, les propositions de l’AFCROs comprennent plusieurs mesures d’ordre technique destinées à simplifier le process de l’étude clinique dans ses phases initiales, avec la mise en place d’un guichet réglementaire unique et dématérialisé pour l’autorisation des essais cliniques et d’une convention hospitalière unique. Il est également proposé de créer un site internet de référencement et d’information centralisant l’ensemble des documents et démarches administratives que doivent remplir les médecins investigateurs. L’association plaide aussi pour une valorisation de la recherche clinique auprès des médecins et des patients, notamment à travers le développement d’une communication centrée sur ses enjeux pour l’accès aux traitements. Par ailleurs, alors que la révision de la réglementation européenne sur les études cliniques devrait revenir au printemps prochain devant les parlementaires, l’AFCROs demande que soit imposée une relocalisation européenne partielle de la recherche clinique et épidémiologique. Autre demande de l’association, l’unification du taux du Crédit Impôt Recherche (CIR) pour lutter contre la distorsion de concurrence entre acteurs publics et acteurs privés. Dans l’état actuel, le taux du CIR est de 60 % lorsqu’une recherche clinique est réalisée par des acteurs publics et de 30 % quand il s’agit d’acteurs privés. Enfin, l’AFCROs propose la création d’un « tiers de confiance » à la recherche clinique ». Pour l’association, l’idée est d’instaurer un « tiers » professionnel, facteur de confiance capable de garantir la transparence. Un rôle que revendiquent  les entreprises de l’AFCROs dont le référentiel Qualité, avec ses aspects liés à l’éthique et aux conflits d’intérêt, pourrait constituer une base de travail.


Your email address will not be published.