close
Spécial Biovision 2014 : les sociétés retenues pour l’Investor Conference
Actualités

Spécial Biovision 2014 : les sociétés retenues pour l’Investor Conference

Biovision 2014A l’occasion de Biovision 2014 qui se tiendra les 5 et 6 juin prochains à Lyon, 24 entreprises des secteurs biopharmaceutiques et medtech présenteront leurs projets de développements aux participants de la deuxième édition de la Biovision Investor Conference. Au total, l’ensemble de ces sociétés ont été sélectionnées parmi 63 entreprises par un comité d’investisseurs européens présidé par Alexia Pérouse d’Omnes Capital et Tim Haines d’Abingworth. Celles-ci recherchent partenariats et financements pour un total de 235 millions d’euros. Originaires d’Allemagne, d’Autriche, d’Espagne, des Etats-Unis, de France, du Royaume-Uni et de Suisse, ces sociétés sont actives dans les domaines du cancer, de la chirurgie, de la dialyse et des soins intensifs, des maladies cardiovasculaires, des maladies infectieuses, des maladies métaboliques, des maladies neurodégénératives, des maladies rares et de l’ophtalmologie.

Cancer

Dispositifs peu invasifs et ciblés et immunothérapies constituent les deux orientations majeures développées par les quatre sociétés actives dans le domaine du cancer qui présenteront leurs projets à BioVision. Chez CarThera, jeune société française créée en 2010, l’objectif est centré sur la mise au point de dispositifs contrôlés par IRM pour le traitement par ultrasons des tumeurs au cerveau. Présidée par Dominique Costantini, Carthera travaille sur des dispositifs pour le diagnostic et l’ablation des tumeurs en ambulatoire (SonoProbe®) et pour l’amélioration de l’efficacité des chimiothérapies en leur facilitant le franchissement de la barrière hémato-méningée (SonoCloud®). Chez l’américain Reflexion Medical, il s’agit de mieux cibler les radiothérapies grâce à un guidage par tomographie par émission de positrons pour le traitement des cancers métastasés. Dans le domaine de l’immunothérapie, ImmunID propose des solutions pour la sélection des patients et le suivi de l’effet des traitements tandis que PDCLine Pharma, nouvellement fondée par Laurent Lévy, développe des thérapies exploitant les propriétés de cellules du système immunitaire participant à l’induction d’une réponse cytotoxique antitumorale spécifique, les cellules dendritiques plasmacytoïdes.

Chirurgie, dialyse, photothérapie et soins intensifs

Ici, les entreprises retenues interviennent notamment dans le domaine de la chirurgie mini-invasive avec notamment l’américain Microline Surgical qui propose des dispositifs pour l’électrochirurgie et des appareils pour la chirurgie laparoscopique et le français Gecko Biomedical. Ce dernier développe des films liquides et des patchs adhésifs biodégradables et biocompatibles pour la suture des plaies chirurgicales lors d’interventions mini-invasives de type endoscopie ou laparoscopie. Dans le domaine des soins intensifs, le britannique  Sphere Medical Holding travaille sur des dispositifs permettant d’analyser les paramètres sanguins directement au chevet du patient et le français APD Advanced développe des systèmes à usage unique pour le suivi hémodynamique de la microcirculation. Destinés à réduire les risques de complications chez les patients en anesthésie/réanimation, ces dispositifs devraient entrer en phase clinique au 2ème semestre. Avec le britannique Quanta Fluid Solutions, l’heure est à la préparation de la commercialisation de dispositifs portables pour la réalisation des hémodialyse à domicile, à l’hôpital et dans les centres de dialyse. Enfin, NeomedLight met au point la version commerciale d’un dispositif de photothérapie pour le traitement de l’ictère du nouveau-né.

Maladies cardiovasculaires

Dans ce domaine, les deux sociétés sélectionnées ont choisi de s’attaquer à deux risques cardiovasculaires majeurs. Chez le suisse Dybly, la stratégie retenue vise à réduire les plaques d’athérome sur la paroi des artères grâce à la stimulation de la production d’une protéine impliquée dans l’élimination du cholestérol. Dans cette optique, Dybly étudie l’utilisation de diazépines non sédatives et se prépare à sélectionner des candidats au développement. Chez l’allemand LimFlow, l’approche repose sur la substitution de la chirurgie par des dispositifs percutanés dans l’artérialisation pour le traitement de l’ischémie critique des membres inférieurs.

Maladies infectieuses

Sécurité transfusionnelle et lutte contre les maladies infectieuses tropicales sont au cœur des activités des deux sociétés qui présenteront leurs projets à l’Investor Conference de Biovision 2014. Le français Infinity Biomarkers a ainsi mis au point un test de diagnostic multiplex permettant de détecter plusieurs agents pathogènes pour les activités de criblage des maladies infectieuses dans les banques de sang. L’autrichien Themis Bioscience développe quant à lui deux candidats vaccins contre la dengue et le chikungunya mis au point à partir d’une technologie issue de l’Institut Pasteur (technologie Themaxyn®) et prévoit de lancer maintenant des études de phase 2.

Maladies métaboliques et maladies rares

Mise au point de dispositifs pour le traitement de l’obésité, pour la gestion du traitement du diabète et développement de protéines et de peptides thérapeutiques sont les axes principaux des travaux de l’américain Allurion Technologies, du britannique CellNovo et du français Alizé Pharma. Chez Allurion Technologies, les dispositifs sont des ballons intragastriques pouvant être installés et enlevés sans intervention chirurgicale tandis que CellNovo se prépare à mettre sa pompe à insuline à la disposition de centres spécialisés en France et aux Pays-Bas. Cette pompe intègre un système de mesure de la glycémie dont les résultats peuvent êre transmis en temps réel au médecin.  Quant au français Alizé Pharma, après avoir cédé en 2012 une licence sur sa L-asparaginase à EUSA Pharma (racheté depuis par l’irlandais Jazz Pharmaceuticals), il mène des essais cliniques avec un analogue de ghréline (hormone peptidique intervenant dans la régulation de la prise alimentaire et du poids), candidat au traitement du syndrome de Prader-Willi et du diabète de type II.

Dans le domaine des maladies rares, l’espagnol Minoryx Therapeutics se focalise sur les maladies métaboliques congénitales, avec une double approche basée sur l’utilisation de protéines chaperonnes et sur le repositionnement de médicaments déjà éprouvés. La société a ainsi obtenu le statut de médicament orphelin en Europe pour la pioglitazone dans le traitement de l’adrénoleucodystrophie.

Maladies neurodégénératives

Maladie d’Alzheimer et sclérose en plaques sont deux des pathologies majeures sur lesquelles travaillent le français ICDD et le suisse GeNeuro. ICDD prépare ainsi la phase de pré-industrialisation d’un test sanguin pour l’assistance au diagnostic de la maladie d’Alzheimer dans les cliniques de la mémoire. GeNeuro a choisi, quant à lui, de cibler un rétrovirus endogène dont la présence a été associée à la sclérose en plaques. Un essai de phase 2 est prévu pour cette année avec un anticorps monoclonal dirigé contre une protéine d’enveloppe de ce rétrovirus, GNbAC1.

Ophtalmologie

Enfin, le secteur dynamique de l’ophtalmologie sera représenté à BioVision 2014 par les sociétés EBS Technologies, EyeTechCare et GenSight Biologics. L’allemand EBS Technologies y présentera son dispositif de stimulation électrique du cerveau pour élargir le champ de vision de patients dont la vue a été endommagée à la suite de lésions du nerf optique. Le français EyeTechCare valorise, quant à lui, ses travaux conjoints avec l’Inserm pour la mise au point d’un dispositif médical pour le traitement par ultrasons du glaucome réfractaire. Quant à GenSight Biologics, la société installée au sein de l’Institut de la Vision à Paris est active dans les applications de la thérapie génique aux pathologies ophtalmologiques. Fondée notamment par l’ancien pdg de Fovea Pharmaceuticals, Bernard Gilly et par le professeur José-Alain Sahel, directeur de l’Institut de la Vision, la société développe une thérapie génique de la neuropathie optique de Leber.

 


Your email address will not be published.