close
France Biotech soutient la candidature d’Emmanuel Macron
Actualités

France Biotech soutient la candidature d’Emmanuel Macron

L’association des entrepreneurs en biotechnologie et en sciences de la vie, France Biotech, annonce son soutien à la candidature d’Emmanuel Macron à la présidence de la République. Elle s’alarme en particulier du « protectionnisme excessif promu par le Front National » dont l’« isolationnisme économique est incompatible avec les conditions indispensables à l’essor des sociétés innovantes » et « serait un coup d’arrêt dramatique à l’innovation santé en France ».
L’association craint qu’en cas de victoire du Front National, entrepreneurs et chercheurs ne choisissent de partir vers des pays plus ouverts, où les moyens de développement sont bien plus favorables. Cette inquiétude est partagée par plusieurs entrepreneurs dont les sociétés sont membres de France Biotech.

Non à la fermeture et à l’isolement

Pour Pierre-Henri Benhamou, pdg et co-fondateur de DBV Technologies, « l’avenir (des sociétés de biotechnologies) n’est en aucun cas dans la fermeture et l’isolement qui menacent directement leur survie sur le territoire ». Même écho chez Hervé Brailly, président du conseil de surveillance et co-fondateur d’Innate Pharma, pour lequel « nos entreprises sont fondées sur la proximité avec la recherche, l’ouverture internationale, la mixité des cultures et des métiers qui produisent l’intelligence collective. La mise en œuvre d’un programme nationaliste et régressif, profondément opposé aux valeurs de la recherche scientifique, serait une catastrophe pour notre industrie, alors même que la croissance de la biotech doit assurer le renouvellement des industries françaises de santé. » David Caumartin, pdg de Theraclion, met quant à lui l’accent sur l’importance de la dimension internationale des sociétés biotech et medtech et souligne que sa société, « comme une grande majorité des start-up innovantes, propose une solution pour un marché international, à l’aide de financements nationaux, européens et internationaux, avec des collaborateurs venus de différents pays, et particulièrement européens. Son avenir, tant pour ses salariés, ses clients et ses actionnaires ne pourra être assuré dans un marché de préférence nationale, qui remet en cause le projet européen qui soutient notre activité de recherche. » Patrick Guérin, vice-président de France-Biotech et président d’OpenHealth, met lui aussi en garde contre les tentatives de protectionnisme : « le progrès en santé se nourrit de partages et de croisements, la connaissance nait sur ce terreau. Toutes mesures de repli sur soi se traduisent par un retard et, entrainent des pertes de chance pour les patients

Enfin, Maryvonne Hiance, présidente de France Biotech rappelle que « depuis ses débuts, France Biotech a pour mission principale de soutenir le développement de l’innovation santé en France» et craint que  « les mesures de « protectionnisme intelligent » du programme de Marine Le Pen entrainent des conséquences extrêmement néfastes pour les entreprises qui créent dans notre pays. De telles mesures signifieraient à terme le départ de nombreuses entreprises françaises performantes, certaines figurant parmi les leaders internationaux dans leur domaine, mais aussi la mort annoncée de jeunes entreprises innovantes, privées des moyens de leur croissance. »


COMMENTS ARE OFF THIS POST