close
France Biotech : 235 jeunes pousses en préparation
Acteurs et Secteurs

France Biotech : 235 jeunes pousses en préparation

Après une « superbe année 2014 »,  la biotech française arrive à un moment charnière, estime Pierre-Olivier Goineau, président de France Biotech. Alors que, depuis deux ans, le secteur a acquis une nouvelle dimension avec une place boursière parisienne qui se positionne comme la première place européenne pour la biotech, le président de l’association professionnelle prévoit une poursuite de la vague d’introductions en Bourse qui a déjà amené une dizaine de biotech et de medtech à se coter sur Euronext ou sur  Alternext en 2014 (BioPharmAnalyses n°85 et 88). Une situation à laquelle il va manifestement falloir « s’habituer », pour Pierre-Olivier Goineau. Actuellement, les 53 sociétés de la place parisienne totalisent une capitalisation de l’ordre de dix milliards d’euros, et ces chiffres devraient encore progresser en 2015. Avec déjà sept introductions en bourse en à peine plus de trois mois, l’année en cours pourrait encore battre le record déjà atteint l’année dernière et porter à 60 voire 70, le nombre de sociétés biotech et medtech cotées en France.

            Si le président de France Biotech déplore la dégradation de l’attractivité de la recherche clinique française, avec en particulier, la grève de nombreux comités de protection des personnes (CPP) qui bloque l’initiation de toute nouvelle étude, la France bénéficie, selon lui, d’une palette d’atouts propices à la poursuite du développement de la biotech. « Quelle que soit la couleur politique, les soutiens publics à notre industrie demeurent », explique Pierre-Olivier Goineau. Entre le crédit-impôt recherche dont le rôle clé fait maintenant consensus, les soutiens de Bpifrance via ses investissements dans les aides aux entreprises et les fonds d’amorçage, la qualité de sa recherche publique et des coopérations de plus en plus « profondes » entre recherche publique et recherche privée, le président de France Biotech estime que la France se positionne comme le premier pays européen pour la R&D. « Un fondateur sur deux d’une start-up en santé est issu de la recherche publique et la recherche publique a entamé sa métamorphose » remarque le dirigeant qui dénombre quelque 235 projets et sociétés en phase de création et d’incubation dans l’Hexagone. Dans ce contexte positif qui augure d’un véritable tournant pour la biotech française, l’heure est donc à la prospective et à l’anticipation à la fois en termes d’accueil et de financement de ces nouvelles sociétés. Et le président de France Biotech de renouveler la proposition portée depuis déjà plusieurs années par l’association d’orienter 1 % de l’assurance vie vers des fonds dédiés au financement de l’innovation. Enfin, a également été annoncée la deuxième édition des French Life Sciences Days qui réunira les 17 et 18 juin prochains à New York une sélection de biotech françaises cotées avec la communauté financière américaine.

Anne-Lise Berthier

Rédactrice en chef de BioPharmAnalyses

© BioPharmAnalyses. Toute copie, diffusion, distribution, reproduction partielle ou totale  des informations publiées sur BioPharmAnalyses sont interdites sans accord préalable de la direction de la publication.


Your email address will not be published.