close
Finances : Un pôle santé chez Turenne Capital
Acteurs et Secteurs

Finances : Un pôle santé chez Turenne Capital

Turenne Capital Partenaires vient de se doter d’un pôle santé avec l’intégration du fonds SEFTI (Specialized European Fund for Therapeutic Innovation) géré jusqu’à présent par Amundi PEF. L’arrivée de ce fonds avec son équipe dirigée par Béatrice Denys vient renforcer l’expérience de Turenne Capital et élargit son champ de compétence au secteur biopharmaceutique.

Jusqu’à présent, Turenne Capital a investi depuis une dizaine d’années environ 100 millions d’euros dans une vingtaine d’entreprises actives dans les domaines du dispositif médical, du matériel médical et des logiciels de traitement de l’information médicale. D’un montant de 20,5 millions d’euros levés auprès d’investisseurs institutionnels et privés et d’industriels de la santé, dont Amgen, le fonds SEFTI se focalise quant à lui sur les domaines de la cardiologie, de l’immunologie et de l’oncologie. Parmi ses investissements, figurent notamment le français DNA Therapeutics et le suisse Genkyotex. Le premier développe, à partir de la technologie « siDNA » (signal interfering DNA), de nouveaux médicaments anticancéreux destinés au traitement des tumeurs résistantes aux radiothérapies et aux chimiothérapies et son premier produit, DT01, est actuellement en phase I en France pour le traitement du mélanome métastatique. Le second s’est spécialisé dans le traitement des maladies liées au stress oxydatif et développe des inhibiteurs des enzymes produisant les superoxydes à l’origine des radicaux libres. Un premier candidat, le GKT137831, est ainsi entré en phase 1 fin octobre dernier dans le traitement de la néphropathie diabétique (voir http://biopharmanalyses.fr/détail de l’essai-clinique).

Parallèlement, Turenne Capital a annoncé la levée d’un nouveau fonds, Capital Santé 1. Dédié à des opérations de capital développement et de transmission, ce FCPR (fonds commun de placement régional) vise un montant de 100 millions d’euros et a déjà réalisé un premier closing en septembre dernier. Ce fonds a vocation à intervenir pour des montants de trois à dix millions d’euros. Sont visées ici des PME de taille moyenne (de 10 à 100 millions d’euros de valorisation) travaillant dans les domaines du vieillissement de la population et de ses pathologies associées, de l’e-santé et de la télémédecine ainsi que des entreprises proposant des solutions contre la diminution de la démographie médicale ou pour l’optimisation des dépenses de santé (dépistage, prévention, structuration de filière de soins…).


Your email address will not be published.