close
Création de Blink Biomedical, Elargissement du consortium Early Diagnosis….
Actualités

Création de Blink Biomedical, Elargissement du consortium Early Diagnosis….

Création de Blink Biomedical. Valneva se concentre sur le développement de vaccins, tout en préservant ses capacités dans le domaine des anticorps. Le groupe né en 2013 de la fusion de l’autrichien Intercell et du français Vivalis vient de s’associer au britannique Blink Therapeutics pour créer Blink Biomedical…

Elargissement du consortium Early Diagnosis. Le consortium britannique Early Diagnosis vient d’accueillir trois nouveaux partenaires, le canadien Caprion, le texan Asuragen et l’Institut Autrichien de Technologie (Austrian Institute of Technology – AIT)…

Un nouvel essai clinique et deux milestones pour Pieris. L’allemand a débuté une étude de phase I avec son candidat au traitement de l’anémie, PRS-080. Développé dans le cadre du consortium Eurocalin (EUROpean Consortium for AntiCALINS as next generation high-affinity protein therapeutics) initié en 2011, ce programme…

Alize Pharma : AZP-531 progresse en phase 1b dans le diabète de type 2. Le français a débuté un nouvel essai de phase 1b chez des patients atteints de diabète de type 2 afin d’évaluer la pharmacocinétique et la pharmacodynamique de trois doses de son analogue de ghréline non acylée, l’AZP-531…

Maladie de Parkinson. Le consortium SYMPATH a débuté le recrutement de ses premiers patients pour l’essai clinique de phase I qui sera mené en Autriche avec le PD03A. Coordonné par l’autrichien Affiris…

Myopathie de Duchenne. Le britannique Summit a obtenu le feu vert pour la nouvelle étude de phase Ib de son modulateur de l’utrophine SMT C1100…

Sepsis. Un premier patient a été recruté dans l’essai de phase I initié par le belge Tigenix avec son produit de thérapie cellulaire Cx611…

Partenariat Alsace BioValley – JBA. Alsace BioValley élargit son réseau international avec la signature d’un partenariat économique avec la Japan Bioindustry Association (JBA). Avec cet accord, le pôle de compétitivité et l’organisation japonaise des bioindustries se rapprochent pour…

LaJaPF : un nouveau président, Franck Telmon et un nouveau membre, Santen. L’association des Laboratoires Japonais Présents en France (LaJaPF) vient de nommer un nouveau président en la personne de Franck Telmon, président de Daiichi Sankyo France depuis septembre 2010.

Spécial SATT : 12 technologies prêtes au transfert vers l’industrie. A l’occasion de leur première convention nationale, les sociétés d’accélération du transfert de technologie créées à partir de 2012 dans le cadre du programme des Investissements d’avenir ont présenté une liste de 48 technologies prêtes à être transférées vers l’industrie. Le quart de ces technologies relève des domaines de la santé. Présentation de quelques unes d’entre elles.

SATT Aquitaine Science Transfert Le projet Poietis est un projet d’impression 3D de tissus biologiques issu du laboratoire de Bioingénierie tissulaire de Bordeaux. Ses chercheurs ont mis au point une technologie assistée par laser qui permet de reproduire des tissus biologiques par le dépôt de cellules et de biomatériaux couche par couche. Des microgouttelettes d’éléments d’intérêt biologique (principes actifs, cellules, nanoparticules…) sont déposées sur un substrat vivant (tissus ou cellules en culture, organe in vivo) ou inerte (verre, plastique …), avec une résolution de l’ordre du picolitre. Cette méthode peut permettre de créer des modèles physiologiques pour des études pharmacologiques ou toxicologiques (analogues de peau ou de cornée pour évaluer la toxicité ou le caractère irritant d’une nouvelle molécule) ou, à terme, de reproduire des tissus biologiques (peau, cornée).

SATT AXLR Languedoc Roussillon  * Le test de diagnostic rapide de la tuberculose développé par l’équipe d’Edouard Tuaillon est un test sérologique en format bandelette pour le diagnostic rapide de la tuberculose active. Adapté aux situations d’urgence et de précarité, ce test immunochromatographique a vocation à être utilisé hors des centres médicaux et/ou de soins (Point of Care), dans les services d’urgences, les études épidémiologiques, les programmes de santé publique. * Le projet des universités Montpellier 1 et Montpellier 2 concerne le développement de nouveaux composés ciblant l’ostéoclaste pour le traitement de maladies ostéolytiques. Ces composés sont des inhibiteurs de la protéine Dock5, essentielle pour l’activité de résorption osseuse des ostéoclastes. Les applications concernent le traitement de maladies ostéolytiques (ostéoporose post-ménopause, métastases osseuses ou ostéolyse induite par l’inflammation comme la polyarthrite rhumatoïde).

SATT Conectus Alsace  : Le projet Dosimed porté par l’Institut Pluridisciplinaire Hubert Curien et le Département Recherche Subatomique (UMR 7178 – CNRS/Unistra) est un dosimètre permettant de connaître en temps réel la dose de rayons X délivrée localement sur un patient ou un praticien. En mesurant en direct la dose de radiation reçue, ce détecteur portable contribue à prévenir des accidents d’irradiation. Ses capteurs peuvent s’intégrer sur tout type de fibre (vêtements, draps…), ouvrant la possibilité de l’utiliser tant en radiographie que dans les tenues de travail des personnels potentiellement exposés aux radiations.

SATT Grand Est : Le projet HuMoSC (Human Monocytes-Derived Suppressive Cells) issu du CHRU Dijon et de l’Université de Franche-Comté est un procédé ex vivo de culture et d’isolement d’une nouvelle sous-population de cellules suppressives dérivées des monocytes. Ces cellules générées à partir des cellules circulantes isolées du sang des donneurs de cellules souches périphériques pourraient être utilisées pour le traitement de la maladie du greffon contre l’hôte.

SATT idfinnov : * Le projet CryoOgel des universités Paris VII et Paris XIII, de l’Inserm et de l’AP-HP est centré sur le développement d’agents de cryoprotection pour la préservation des cellules et tissus conservés à très basse température (-180°C) et destinés à être utilisés pour des thérapies cellulaires, des biobanques, des greffes de tissus et d’organe et la conservation des gamètes et des embryons dans le domaine de la reproduction. * Le projet Eradication des réservoirs à VIH grâce à des nouvelles molécules de l’université Paris, du CNRS et de l’INSERM s’inscrit dans le développement de nouvelles stratégies pour le traitement des patients infectés par le VIH. Alors que les antirétroviraux utilisés actuellement contribuent à diminuer et à contrôler la multiplication du rétrovirus, celui-ci peut « sortir » de ses réservoirs lors d’arrêt des traitements ou de l’apparition de résistance aux traitements et réinfecter le patient. L’objectif est de développer des molécules permettant d’éradiquer ces réservoirs.

SATT Lutech : Le projet de Logiciel de traitement d’images ophtalmologiques de l’Institut de la Vision est destiné à développer un démonstrateur de logiciel d’analyse d’images TCO (tomographie de cohérence optique) pour l’extraction d’informations anatomiques nouvelles concernant plusieurs compartiments (photorécepteurs, axones, vaisseaux sanguins…) et médicalement pertinentes à partir de coupes OCT prises à des angles multiples. Ce logiciel sera applicable à tous les systèmes d’imagerie OCT.

SATT Nord : La technologie Medelopt® de l’Université Picardie Jules Verne combine deux approches non invasives, l’électroencéphalographie et la spectroscopie en proche infra-rouge, dans des dispositifs médicaux portables destinés au suivi de l’activité cérébrale. Ses applications concernent la recherche, le diagnostic de l’épilepsie et le suivi des patients en soins intensifs.

SATT Ouest Valorisation : Le projet Regbone de l’Université de Nantes est un projet de reconstruction du tissu osseux basé sur l’association d’un biomatériau et de cellules sanguines issues du patient pour la consolidation des fractures, le comblement de pertes osseuses et les fusions paravertébrales.

SATT Pulsalys – Lyon Saint Etienne : Le projet RADICAL, qui associe le laboratoire C2P2 (CNRS/UCBL/CPE), le Centre Européen de RMN à Très Hauts Champs et l’ETH de Zurich, vise à développer un procédé doté d’une sensibilité de détection élevée pour l’obtention d’informations sur le métabolisme des organes par IRM. Le procédé qui ne nécessite pas l’injection de substances artificielles est basé sur l’hyperpolarisation qui permet de placer un maximum de particules dans la « bonne orientation » et donc d’augmenter considérablement le nombre de particules détectables. Ce projet peut ouvrir la voie à de nouvelles modalités d’imagerie avec des temps et des coûts d’examen réduits. Ses applications peuvent aussi concerner la réalisation de diagnostics précoces et localisés de cancers, de maladies neurodégénératives et de maladies cardiovasculaires ou encore la médecine personnalisée dans les domaines de la cardiologie, de la neurologie, de l’angiographie et de l’oncologie

SATT Sud Est : Le projet « Azacitidine resistance – Nucleoside analogs » porté par le CHU de Nice, l’Université de Nice Sophia Antipolis, l’Inserm et le CNRS comprend deux axes. Le premier est centré sur le développement d’un test compagnon pour prédire la réponse à l’azacitidine chez des patients atteints de syndromes myélodysplasiques ou de leucémie myéloïde aigue. Le deuxième axe concerne l’utilisation d’une nouvelle famille de molécules pour le traitement des patients résistants à l’azacitidine et/ou évolutifs en leucémie aiguës myéloïdes. Ici, un accord a été conclu en octobre avec Clevexel Pharma qui a obtenu une licence sur deux brevets relatifs au diagnostic et au traitement des syndromes myélodysplasiques.

SATT Toulouse Tech Transfer : Le projet Développement de sphéroïdes émanant de l’Institut des Technologies Avancées en sciences du Vivant (ITAV) porte sur la mise au point d’un modèle de sphéroïdes pour évaluer des actifs ciblant les mécanismes de la pigmentation de la peau. Le projet utilise des modèles multicellulaires 3D de la pigmentation et vise des applications en oncologie et dans le domaine de la cosmétique, notamment pour le test des actifs dépigmentants.

© BioPharmAnalyses. Toute copie, diffusion, distribution, reproduction partielle ou totale  des informations publiées sur BioPharmAnalyses sont interdites sans accord préalable de la direction de la publication.


Your email address will not be published.