close
BioPharmAnalyses n°141-142
Newsletters

BioPharmAnalyses n°141-142

SOMMAIRE

BioPharmAnalyses vous propose un bilan des nouvelles molécules autorisées en Europe et aux Etats-Unis en 2016.

  • 22 nouvelles molécules autorisées aux Etats-Unis et 27 en Europe en 2016
  • 12 nouveaux traitements du cancer autorisés en 2016
  • Deux nouvelles combinaisons contre l’hépatite C
  • 6ème traitement de la SEP et 1er médicament contre l’amyotrophie spinale pour Biogen
  • Nouvelles solutions pour trois maladies rares
  • Huit biosimilaires autorisés en 2016
  • Nouveaux médicaments autorisés en 2016

 

• 22 nouvelles molécules autorisées aux Etats-Unis et 27 en Europe en 2016.

 Après une année 2015 particulièrement prolifique avec l’autorisation de 45 nouvelles entités moléculaires (NEM) et produits biologiques aux Etats-Unis et/ou en Europe, 2016 se positionne comme une année en demi-teinte. La FDA n’a enregistré que 22 nouvelles molécules, revenant ainsi à son niveau de 2010, tandis que l’agence européenne du médicament a avalisé 27 nouvelles substances actives, dont neuf avaient déjà autorisées par la FDA en 2015.
Ces autorisations de mise sur le marché et avis favorables ont été attribués à 28 laboratoires se répartissant pour un plus de la moitié aux Etats-Unis (15) et pour l’autre moitié entre l’Europe (9), le Japon (2) et la Suisse (1). Après Novartis qui avait obtenu quatre AMM en 2015 en Europe et/ou aux Etats-Unis, c’est au tour de son compatriote Roche de se positionner en tête du classement 2016 avec trois AMM ou avis favorables validés en 2016. Parallèlement, quatre laboratoires, les américains Merck&Co et Pfizer, l’irlandais Allergan et le britannique AstraZeneca ont chacun obtenu deux AMM aux Etats-Unis et/ou en Europe en 2016.

• 12 nouveaux traitements du cancer autorisés en 2016

Une nouvelle fois, l’oncologie reste la principale aire thérapeutique représentée parmi les autorisations délivrées en 2016, avec 12 nouveaux produits autorisés en Europe ou aux Etats-Unis. Si chiffre de 12 peut paraître important, il convient toutefois de noter que sept de ces médicaments (Alecensa®, Darzalex®, Empliciti®, Ibrance®, Lonsurf®, Ninlaro® et Tagrisso®) avaient déjà été autorisés par la FDA au dernier trimestre 2015, avant d’être enregistrés par l’EMA en 2016.

L’année 2016 devrait rester marquée par l’arrivée du premier anticorps anti PD-L1, Tecentriq® (atezolizumab) de Roche qui a été approuvé à cinq mois d’intervalle dans deux indications pour lesquelles il avait obtenu le statut de Breakthrough Therapy, le cancer de la vessie et le cancer du sein PD-L1+. Avec l’atezolizumab, le groupe helvète élargit le panel des cibles des anticorps inhibiteurs de points de contrôle du système immunitaire (immune checkpoint inhibitor) déjà autorisés, avec l’anti CTLA4 Yervoy® (ipilimumab) de BMS et les anti PD-1 Keytruda® (pembrolizumab) de Merck&co et Opdivo® (nivolumab) de BMS. Roche a aussi obtenu l’enregistrement d’un produit first- in-class développé avec Abbvie, Venclyxto®/Venclexta® (venetoclax), maintenant approuvé en Europe et aux Etats-Unis dans la leucémie lymphocytaire chronique.

Un nouvel inhibiteur PARP, Rubraca® (rucaparib), de l’américain Clovis Oncology, ainsi que son diagnostic compagnon associé, ont aussi été autorisés par la FDA dans le cancer des ovaires. La molécule qui possède le statut de Breakthrough Therapy est en cours d’évaluation en Europe. On notera également que l’inhibiteur multikinase du japonais Eisai, Lenvima® (lenvatinib) autorisé en 2015 en Europe et aux Etats-Unis dans le cancer de la thyroïde a été autorisé en 2016 dans une nouvelle indication. Sous le nom de Kisply®, le lenvatinib est maintenant indiqué en Europe et aux Etats-Unis dans le carcinome rénal. Par ailleurs, la FDA a enregistré deux nouveaux produits radiopharmaceutiques utilisant la tomographie par émission de positons pour le diagnostic de cancers. Ces deux produits émanent de groupes européens, le britannique Blue Earth Diagnostic pour Axumin® (fluciclovine marquée au Fluor 18) pour le diagnostic du cancer de la prostate et le français Advanced Accelerator Applications pour NetspotTM (Ga-68 dotatate) utilisé pour localiser les tumeurs neuroendocrines positives aux récepteurs de la somatostatine.

• Deux nouvelles combinaisons contre l’hépatite C

Après le cancer, ce sont les maladies infectieuses (5 AMM) suivies par les maladies neurologiques et neurodégénératives et les maladies hématologiques (4 AMM) qui ont obtenu le plus d’autorisations en 2016.

Outre Avicaz®/Zavicefta® autorisé en 2015 aux Etats-Unis et en 2016 en Europe, l’arsenal de la lutte contre les maladies infectieuses s’est enrichi d’un anticorps destiné à prévenir la récurrence des infections par Clostridium difficile, Zinplava® (bezlotoxumab) de l’américain Merck&Co et de deux nouvelles combinaisons pour le traitement de l’hépatite C, Epclusa® (sofosbuvir et velpatasvir) de Gilead et Zepatier® (grazoprevir/elbasvir) de Merck&Co.

Avec ces deux agents qui bloquent la réplication virale, ce sont maintenant douze agents antiviraux à action directe, seuls ou en combinaison, qui sont disponibles pour le traitement de l’hépatite C. Ceux-ci émanent d’Abbvie, de BMS, de Gilead, de J&J et de Merck&Co.

• 6è traitement de la SEP et 1er médicament contre l’amyotrophie spinale pour Biogen

Dans le domaine des maladies neurologiques et neurodégénératives, Biogen a obtenu l’approbation de son sixième traitement de la sclérose en plaques, Zinbryta® (dacluzimab) développé avec son compatriote Abbvie pour limiter l’activation des lymphocytes T qui attaquent et lèsent les cellules nerveuses des malades. Le prochain traitement susceptible d’être autorisé dans les mois à venir pour le traitement de la SEP est Ocrevus® (ocrelizumab) de Roche. Cet anticorps anti CD20 est en cours d’évalation en Europe et aux Etats- Unis où la FDA doit finaliser son avis d’ici le 28 mars prochain.

L’américain a aussi réalisé une avancée importante en 2016, avec la première autorisation d’un traitement de l’amyotrophie spinale aux Etats-Unis, Spinraza® (nusinersen). Cet oligonucléotide antisens développé avec son compatriote Ionis Pharmaceuticals a bénéficié d’une évaluation prioritaire de la FDA et est actuellement en cours d’évaluation en Europe.

• Nouvelles solutions contre trois maladies rares

Une des maladies rares les plus emblématiques, la dystrophie musculaire de Duchenne dispose dorénavant d’un premier traitement approuvé. L’autorisation délivrée par la FDA à Exondys®51 (eteplirsen) de Sarepta Therapeutics reste néanmoins conditionnelle. Alors que cet oligonucléotide antisens conçu pour sauter l’exon 51 (exon skipping) ne concerne qu’une fraction limitée des malades (13 % des patients atteints de DMD), Sarepta devra fournir les résultats d’une étude prouvant le bénéfice clinique du médicament, faute de quoi l’agence américaine se réserve le droit de lui retirer son AMM. Côté européen, on notera aussi l’approbation d’un nouveau traitement de la maladie de Fabry, Galafold® de l’américain Amicus Therapeutics.

Enfin, quatre ans après l’autorisation de Glybera® (alipogene tiparvovec) du néerlandais uniQure, l’Europe vient d’autoriser un deuxième produit de thérapie génique, Strimvelis® de GSK pour le déficit immunitaire combiné sévère dû à un déficit en adénosine désaminase (DICS-ADA ou « bébés bulles »).

• Huit biosimilaires autorisés en 2016

Depuis la première autorisation d’un biosimilaire délivrée à Erelzi® (etanercept) fin août dernier, la FDA a approuvé deux autres biosimilaires en 2016, Amjevita® (adalimumab) d’Amgen et Inflectra® (infliximab) de Pfizer. En Europe, le nombre de biosimilaires autorisés s’élève dorénavant à 25, avec les cinq autorisations supplémentaires délivrées en 2016 à Flixabi® (infliximab), Lusduna® (insuline glargine), Movymia®/Terrosa® (teriparatide), Thorinane® (enoxaparine) et Truxima® (rituximab).

 

• NOUVEAUX MÉDICAMENTS AUTORISÉS EN 2016

  • Adlyxin®/Lyxumia®
    (lixisenatide)

    Sanofi (France)
    Indication : diabète de type 2
    Situation aux Etats-Unis : Autorisé le 28 juillet 2016
    Situation en Europe : Autorisé le 4 février 2013
    Mécanisme d’action : Le lixisenatide est un agoniste du peptide GLP-1 (glucacon-like peptide 1) développé en partenariat avec le danois Zealand Pharma.
    Il a d’abord été autorisé en Europe et au Japon en 2013. La demande d’autorisation déposée à la FDA a été retirée en septembre 2013, Sanofi ayant annoncé qu’il soumettrait à nouveau le son dossier lorsqu’il disposerait des résultats de l’étude ELIXA sur les effets cardiovasculaires du lixisenatide. Le nouveau dossier a été accepté par la FDA en septembre 2015 et l’autorisation a été délivrée en juillet 2016. L’agence américaine a demandé à Sanofi la réalisation de plusieurs études post markeitng, notamment des études pédiatriques et une étude évaluant l’immunogénicité du lixisenatide.
  • Afstyla®
    (lonoctocog alfa)

    CSL Behring (Australie)
    Indication : hémophilie A
    Situation aux Etats-Unis : –
    Situation en Europe : Avis favorable le 16 novembre 2016
    Mécanisme d’action : Le lonoctocof alfa est un facteur VIII recombinant simple chaîne destiné à remplacer le facteur VIII manquant chez les patients atteints d’hémophilie A.
  • Alecensa®
    (alectinib)
    Roche (Suisse)
    Indication : cancer des poumons non à petites cellules ALK+
    Situation aux Etats-Unis : Autorisé le 11 décembre 2015
    Situation en Europe : Avis favorable le 15 décembre 2016
    Statut d’orphelin aux Etats-Unis : 27 janvier 2015
    L’alectinib a aussi le statut de Breakthrough Therapy aux Etats-Unis depuis juin 2013
    Mécanisme d’action : L’alectinib est un inhibiteur de tyrosine kinase ALK développé par Chugai .
  • Alprolix®
    (eftrenonacog alfa)
    Biogen (Etats-Unis) SOBI (Suède)
  • Indication : hémophilie B
    Situation aux Etats-Unis : Autorisé le 28 mars 2014
    Situation en Europe : Autorisé le 12 mai 2016
    Statut d’orphelin aux Etats-Unis : 30 octobre 2008
    Mécanisme d’action : Alprolix® est une protéine de fusion recombinante associant le facteur IX de coagulation à un fragment Fc recombinant de l’IgG1 afin de prolonger la demi-vie plasmatique du produit. SOBI est le titulaire de l’AMM en Europe et l’AMM a été délivrée à Biogen aux Etats-Unis.
  • Axumin®
    (fluciclovine marquée au Fluor 18)
    Blue Earth Diagnostic (Royaume-Uni)
    Indication : diagnostic du cancer de la prostate
    Situation aux Etats-Unis :
    Autorisé le 25 juillet 2016
    Situation en Europe : en cours d’évaluation
    Mécanisme d’action : Cet agent d’imagerie est un analogue de leucine destiné à visualiser par tomographie par émission de positons la captation d’acide aminé par les cellules cancéreuses.
  • Anthim®
    (obiltoxaximab)
    Elusys Therapeutics (Etats-Unis)
    Indication : traitement et prévention de la maladie du charbon (anthrax) Situation aux Etats-Unis : Autorisé le 18 mars 2016
    Mécanisme d’action : L’obiltoxaximab est un anticorps monoclonal neutralisant les toxines produites par Bacillus anthracis.
  • Briviact®
    (brivaracetam)
    UCB (Belgique)
    Indication : crises d’épilepsie chez les patients de plus de 16 ans
    Situation aux Etats-Unis : Autorisé le 19 février 2016
    Situation en Europe : Autorisé le 14 janvier 2016
    Mécanisme d’action : Cet agent anticonvulsivant agirait par l’intermédiaire de sa liaison avec la protéine 2A des vésicules synaptiques qui module l’exocytose des neurotransmetteurs.
  • Cinqair®(US)/Cinqaero® (EU)
    (reslizumab)
    Teva Pharmaceuticals (Israel)
    Indication : asthme
    Situation aux Etats-Unis : Autorisé le 23 mars 2016
    Situation en Europe :  Autorisé le 16 août 2016
    Mécanisme d’action :  Le reslizumab est un anticorps monoclonal dirigé contre l’interleukine-5 (IL-5), cytokine impliquée dans la croissance, l’activation et la maturation des éosinophiles.
    Un premier anticorps monoclonal anti IL-5, Nucala® (mepolizumab) de GSK, a été autorisé en 2015 en Europe et aux Etats-Unis.
    Un troisième anticorps anti IL-5, le benralizumab, issu du japonais Biowa et développé par AstraZeneca est actuellement en phase d’évaluation en Europe et au Etats-Unis.
  • Darzalex®
    (daratumumab)
    J&J (Etats-Unis)
    Indication : myélome multiple chez des patients ayant déjà reçu au moins trois traitements
    Situation aux Etats-Unis : Autorisé le 16 novembre 2015
    Situation en Europe :  Autorisé le 23 mai 2016
    Statut d’orphelin aux Etats-Unis : 6 mai 2013
    Statut d’orphelin en Europe :  17 juillet 2013
    Mécanisme d’action : Cet anticorps monoclonal est dirigé contre l’antigène CD38 qui est exprimé à la surface des cellules de différents types de cancers hématologiques.
    Le daratumumab reçu le statut de Breakthrough Therapy en mai 2013. Il a été développé par le danois Genmab qui a cédé une licence à Janssen en août 2012.
  • Empliciti®
    (elotuzumab)
    BMS (Etats-Unis)
    Indication : myélome multiple chez des patients ayant déjà reçu un ou deux traitements
    Situation aux Etats-Unis :  Autorisé le 30 novembre 2015
    Situation en Europe :  Autorisé le 13 mai 2016
    Statut d’orphelin aux Etats-Unis :  1er septembre 2011
    Statut d’orphelin en Europe :  9 août 2012
    Mécanisme d’action : L’elotuzumab est dirigé contre une glycoprotéine de surface (SLAMF7) exprimée à la surface des cellules de myélome et des cellules naturelles tueuses (cellules NK). La fixation de l’anticorps sur SLAMF7 des cellules NK vise à les activer, tandis que la fixation de l’anticorps sur SLAMF7 des cellules cancéreuses vise à les marquer pour qu’elles soient reconnues et détruites par les cellules NK. L’elotuzumab a été développé en partenariat avec AbbVie. Il a le statut de Breakthrough Therapy aux Etats-Unis depuis mai 2014.
  • Epclusa®
    (sofosbuvir et velpatasvir)
    Gilead (Etats-Unis)
    Indication : hépatite C (génotypes 1 à 6)
    Situation aux Etats-Unis : Autorisé le 28 juin 2016
    Situation en Europe : Autorisé le 8 juillet 2016
    Mécanisme d’action : Epclusa® associe deux agents antiviraux à action directe. Il agit sur la réplication virale qu’il bloque en inhibant les protéines NS5A et NS5B. Au total, une douzaine d’antivraux à action directe, seuls ou en combinaison, sont disponibles.
  • Eucrisa®
    (crisaborole)
    Pfizer (Etats-Unis)
    Indication : dermatite atopique
    Situation aux Etats-Unis : Autorisé le 14 décembre 2016
    Mécanisme d’action :  Le crisaborole est un inhibiteur de phosphodiestérase 4 (PDE4) développé par l’américain Anacor Pharmaceuticals. La société a été rachetée par Pfizer en juin 2016 pour 5,2 milliards de $.
  • Exondys51®
    (eteplirsen)
    Sarepta Therapeutics (Etats-Unis)
  • Indication : dystrophie musculaire de Duchenne
    Situation aux Etats-Unis :  Autorisé le 19 octobre 2016
    Statut d’orphelin aux Etats-Unis :  23 octobre 2007
    Mécanisme d’action :  L’eteplirsen est un oligonucléotide antisens conçu pour sauter l’exon 51 (exon skipping) et permettre la production d’une dystrophine fonctionnelle.
    Il a été approuvé dans le cadre d’une procédure d’évaluation accélérée et Sarepta devra réaliser une étude pour évaluer le niveau d’amélioration des fonctions motrices chez les patients présentant une mutation susceptible d’être traitée par le saut de l’exon 51. Si l’étude ne permet pas de vérifier l’existence d’un bénéfice clinique, la FDA s’est réservée le droit de retirer l’AMM de l’eteplirsen.
  • Galafold®
    (migalastat)
    Amicus Therapeutics (Etats-Unis)
  • Indication : maladie de Fabry
    Situation aux Etats-Unis : Amicus Therapeutics prévoit de collecter de nouvelles données sur les symptômes gastro-intestinaux liés au migalastat avant de déposer une demande d’AMM à la FDA.
    Situation en Europe : Autorisé le 26 mai 2016
    Statut d’orphelin aux Etats-Unis : 25 février 2004
    Statut d’orphelin en Europe : 22 mai 2006
    Mécanisme d’action : Le migalastat est une molécule chaperon destinée à stabiliser l’alphagalactosidase A, qui permet l’élimination du globotriaosylcéramide (GL-3). Cette enzyme est déficiente chez les patients atteints de la maladie de Fabry, entraînant une accumulation du GL-3 notamment dans le système nerveux central, le cœur et dans les reins.
  • Ibrance®
    (palbocilib)
    Pfizer (Etats-Unis)
    Indication : cancer du sein métastatique ER+/HER2-
    Situation aux Etats-Unis : Autorisé le 3 février 2015
    Situation en Europe : Autorisé le 9 novembre 2016
    Mécanisme d’action : Le palbociclib est un inhibiteur des kinases cyclines dépendantes CDK4 et CDK6.
    Le palbociclib a obtenu le statut de Breakthrough Therapy dans cette indication en avril 2013.
  • Idelvion®
    (albutrepenonacog alfa)
    CSL Behring (Australie)
    Indication : hémophilie B
    Situation en Europe : Autorisé le 11 mai 2016
    Mécanisme d’action : L’albutrepenonacog alfa est une protéine de fusion à longue durée d’action associant le facteur IX de coagulation avec une albumine recombinante.
  • Lartruvo®
    (olaratumab)
    Eli Lilly (Etats-Unis)
    Indication : Sarcome des tissus mous
    Situation aux Etats-Unis : Autorisé le 19 octobre 2016
    Situation en Europe : Autorisé le 11 novembre 2016
    Statut d’orphelin aux Etats-Unis : 9 octobre 2014
    Statut d’orphelin en Europe : 12 février 2015
    Mécanisme d’action : L’olaratumab est un anticorps monoclonal se liant au récepteur alpha du facteur de croissance dérivé des plaques (PDGFR alpha – platelet-derived growth factor receptor alpha). Il a obtenu le statut de Breakthrough Therapy dans cette indication et a bénéficié d’une procédure d’évaluation accélérée aux Etats-Unis et a reçu une autorisation conditionnelle en Europe.
    La réalisation d’une étude confirmatoire (étude ANNOUNCE) a été demandée à Eli Lilly afin d’améliorer la description du bénéfice clinique du traitement combinant olaratumumab et doxorubicine.
  • Lonsurf®
    (Trifluridine et tipiracil)
    Taiho Pharmaceutical (Japon) Servier (France)
    Indication : cancer colorectal avancé chez des patients en échappement thérapeutique
    Situation aux Etats-Unis : Autorisé le 22 septembre 2015
    Situation en Europe : Autorisé le 25 avril 2016
    Mécanisme d’action : Le médicament combine un analogue de nucléotide et un inhiteur d’enzyme, la thymidine phosphorylase.
  • Netspot™
    (Ga-68 dotatate)
    Advanced Accelerator Applications (France)
    Indication : localisation des tumeurs neuroendocrines positives aux récepteurs de la somatostatine chez les patients enfants et adultes
    Situation aux Etats-Unis : 1er juin 2016
    Statut d’orphelin aux Etats-Unis : 31 décembre 2013
    Statut d’orphelin en Europe : 19 février 2014
    Mécanisme d’action : Netspot™ est un kit de reconstitution immédiate d’un analogue de la somatostatine marqué avec un émetteur de positons, le Gallium-68, utilisé pour la détection des tumeurs neuroendocrines positives aux récepteurs de la somatostatine.
  • Ninlaro®
    (ixazomib)
    Takeda (Japon)
    Indication : myélome multiple
    Situation aux Etats-Unis : Autorisé le 20 novembre 2015
    Situation en Europe : Autorisé le 24 novembre 2016
    Statut d’orphelin aux Etats-Unis : 18 février 2011
    Statut d’orphelin en Europe :27 septembre 2011
    Mécanisme d’action : L’ixazomib est un inhibiteur du protéasome. Le premier représentant de cette classe thérapeutique, le bortezomib (Velcade®), a été autorisé en 2004 pour le traitement du myélome multiple et est également issu des travaux de l’américain Millenium Pharmaceuticals racheté par Takeda en 2008. L’ixazomib est également évalué pour le traitement de l’amylose AL, indication il dispose du statut de Breakthrough Therapy en 2014.
  • Nuplazid®
    (pimavanserine)
    Acadia Pharmaceuticals (Etats-Unis)
  • Indication : psychose associée à la maladie de Parkinson
    Situation aux Etats-Unis : Autorisé le 29 avril 2016
    Mécanisme d’action : La pimavansérine est un agoniste sélectif inverse de la sérotonine.
  • Ocaliva®
    (acide obéticholique)
    Intercept Pharmaceuticals (Etats-Unis)
  • Indication : cirrhose biliaire primitive/cholangite sclérosante primitive
    Situation aux Etats-Unis : Autorisé le 26 mai 2016
    Situation en Europe : Autorisé le 12 décembre 2016
    Mécanisme d’action : L’acide obéticholique est autorisé en combinaison avec l’acide ursodésoxycholique.
    La molécule est un agoniste sélectif du récepteur nucléaire farnésoïde X (agoniste FXR). Ce récepteur FXR est un régulateur clé des acides biliaires et des voies inflammatoires, fibrotiques et métaboliques. Son activation conduit à une inhibition de la synthèse du cholestérol et à une augmentation du transport des acides biliaires à partir des hépatocytes.
    L’autorisation européenne est conditionnée par la fourniture des résultats d’une étude post-commercialisation, l’étude Cobalt menée chez des patients atteints de déficit hépatique.
  • Olumiant®
    (baricitinib)
    Eli Lilly (Etats-Unis)
    Indication : polyarthrite rhumatoïde
    Situation aux Etats-Unis : en cours d’évaluation
    Situation en Europe : Avis favorable le 15 décembre 2016
    Mécanisme d’action :Le baricitinib est un inhibiteur de tyrosine kinase JAK développé à l’origine par l’américain Incyte qui en a cédé la licence à son compatriote Eli Lilly en 2009.
  • Parsabiv®
    (etelcalcetide)
    Amgen (Etats-Unis)
    Indication : hyperparathyroïdie secondaire chez des patients atteints de maladies rénales chroniques
    Situation aux Etats-Unis : nouveau dossier déposé par Amgen après un premier refus de la FDA le 24 août 2016
    Situation en Europe : Autorisé le 11 novembre 2016
    Mécanisme d’action : L’etecalcetide est un nouvel agent calcimimétique administré par voie intraveineuse. Il se lie et active le récepteur sensible au calcium de la glande parathyroïde.
  • Rubraca®
    (rucaparib)
    Clovis Oncology (Etats-Unis)
    Indication : cancer des ovaires chez des patientes ayant déjà été traitées par au moins deux chimiothérapies et présentant au moins une mutation BRCA ou BRCA-like identifiée avec un test de diagnostic compagnon
    Situation aux Etats-Unis : Autorisé le 19 décembre 2016
    Situation en Europe : En cours d’évaluation
    Statut d’orphelin aux Etats-Unis : 31 juillet 2012
    Statut d’orphelin en Europe : 10 octobre 2012
    Mécanisme d’action : Le rucaparib est un inhibiteur des poly ADP-ribose polymerases (PARP) 1 et 2. A l’instar de BRCA1 et BRCA2, ces enzymes participent à la réparation de l’ADN. Si les premières interviennent par la voie de la recombinaison homologue, les secondes sont impliquées dans des voies alternatives aptes à prendre le relais en cas de déficience des mécanismes homologues. Dans les cellules présentant une mutation BRCA, l’inhibition des PARP va donc bloquer la possibilité de compenser le défaut de recombinaison homologue. Rubraca® a été autorisé dans le cadre d’une évaluation accélérée et a obtenu le statut de Breakthrough Therapy en avril 2015. Le test de diagnostic compagnon basé sur le séquençage NGS pour la détection des mutations BRCA a été autorisé en même temps que Rubraca®.
  • Spinraza®
    (nusinersen)
    Biogen (Etats-Unis)
    Indication : amyotrophie spinale
    Situation aux Etats-Unis : Autorisé le 23 décembre 2016
    Situation en Europe : en cours d’évaluation
    Statut d’orphelin aux Etats-Unis : 18 avril 2011
    Statut d’orphelin en Europe : 2 avril 2012
    Mécanisme d’action : Spinraza® est un oligonucléotide antisens dont l’action vise à augmenter la production de protéine SMN (Survival Motor Neuron ou protéine de survie des motoneurones) fonctionnelle.
    Il est issu de l’américain Ionis Pharmaceuticals (ex Isis Pharmaceuticals), qui a cédé une option de licence à son compatriote Biogen en 2012, option qui a été exercée en août 2016.
    Spinraza® est le premier et le seul traitement autorisé actuellement pour le traitement de l’amyotrophie spinale aux Etats-Unis.
    Les premières études chez l’homme ont été réalisées en 2011 et le dossier de demande d’autorisation a été soumis à la FDA avec les résultats de deux études de phase 3 (ENDEAR et CHERISH) et de deux études de phase 2 (EMBRACE et NURTURE).
    Le dossier a bénéficié du statut d’évaluation prioritaire qui lui a été accordé par la FDA en octobre 2016.
  • Strimvelis®
    (Fraction cellulaire autologue enrichie en CD34+ contenant des cellules CD34+ transduites avec un vecteur rétroviral codant la séquence d’ADNc du gène ADA humain)
    GSK (Royaume-Uni)
    Indication : déficit immunitaire combiné sévère dû à un déficit en adénosine désaminase (DICS-ADA)
    Situation en Europe : Autorisé le 26 mai 2016
    Mécanisme d’action : Strimvelis® est un produit de thérapie génique ex vivo mis au point par la Fondation Telethon italienne et l’hôpital San Raffaele de Milan. Le schéma utilisé est un schéma de thérapie génique « classique » avec l’apport du gène déficient à l’aide d’un vecteur viral désarmé. Les cellules souches de la moëlle osseuse sont transformées à l’aide d’un vecteur dans lequel a été intégré le gène codant l’adénosine désaminase, puis réinjectées au patient. Strimvelis® fait l’objet d’un accord de licence avec GSK depuis octobre 2010 et est produit par l’italien Molmed. Strimvelis® est le deuxième produit de thérapie génique à obtenir une autorisation de mise sur le marché en Europe, quatre ans après la première AMM délivrée à Glybera® (alipogene tiparvovec) du néerlandais uniQure.
  • Tagrisso®
    (osimertinib)
    AstraZeneca (Royaume – Uni)
    Indication : cancer des poumons non à petites cellules EGFR+
    Situation aux Etats-Unis : Autorisé le 13 novembre 2015
    Situation en Europe : Autorisé le 2 février 2016
    Statut d’orphelin aux Etats-Unis : 4 septembre 2014
    Mécanisme d’action : L’osimertinib est un inhibiteur de tyrosine kinase.
  • Taltz®
    (ixekizumab)
    Eli Lilly (Etats-Unis)
    Indication : psoriasis
    Situation aux Etats-Unis : Autorisé le 22 mars 2016
    Situation en Europe : Autorisé le 25 avril 2016
    Mécanisme d’action : L’ixekizumab est un anticorps monoclonal dirigé contre la cytokine pro-inflammatoire interleukine-17A (IL-17A)
  • Tecentriq®
    (atezolizumab)
    Roche (Suisse)
    Indication : Cancer la vessie
    Situation aux Etats-Unis : Autorisé le 18 mai 2016
    Situation en Europe : en cours d’évaluation
    Indication : Cancer des poumons PD-L1+
    Situation aux Etats-Unis : Autorisé le 18 octobre 2016
    Situation en Europe : En cours d’évaluation
    Mécanisme d’action : L’atezolizumab est un anticorps anti immune checkpoint inhibitor (ICI) dirigé contre le point de contrôle PD-L1, ligand du PD-1, cible des premiers anticorps anti ICI déjà autorisés (Keytruda® (pembrolizumab) et Opdivo® (nivolumab).
    L’atezolizumab est le premier anticorps anti PDL-1 autorisé et a obtenu le statut de Breakthrough Therapy dans les deux indications autorisées par la FDA en 2016.
  • Venclexta®/Venclyxto®
    (venetoclax)
    Roche (Suisse) et Abbvie  (Etats-Unis)
  • Indication : leucémie lymphocytaire chronique avec déletion 17p ou une mutation TP53
    Situation aux Etats-Unis : Autorisé le 11 avril 2016
    Situation en Europe : Autorisé le 5 décembre 2016
    Mécanisme d’action : Le venetoclax est un inhibteur de BCL-2, protéine impliquée dans l’apoptose.
    Le blocage de cette protéine permettrait de restaurer le système de signalisation qui conduit les cellules cancéreuses à s’autodétruire.
    L’autorisation délivrée en Europe est une autorisation conditionnelle
  • Viberzi®Truberzi®
    (eluxadoline)
    Allergan (Etats-Unis)
    Indication : syndrome du colon irritable avec diarrhées
    Situation aux Etats-Unis : Autorisé le 27 mai 2015
    Situation en Europe : Autorisé le 19 septembre 2016 Mécanisme d’action : L’eluxadoline est un agoniste des récepteurs mu et kappa, et un antagoniste du récepteur delta.
  • Xiidra®
    (lifitegrast)
    Shire (Royaume-Uni)
    Indication : syndrome de l’œil sec
  • Situation aux Etats-Unis : Autorisé le 11 juillet 2016
    Mécanisme d’action : Le lifitegrast est un antagoniste de l’intégrine issu de Sarcode Bioscience racheté par Shire en mars 2013. Son mode d’action impliquerait une réduction de l’inflammation via l’inhibition du LFA-1 (lymphocyte function-associated antigen 1) dont il empêche la fixation sur la molécule d’adhésion intercellulaire ICAM-1.
  • Zalmoxis®
    (lymphocytes T allogéniques modifiés avec un vecteur rétroviral contenant une forme tronquée du récepteur humain du facteur de croissance nerveuse à faible affinité et la thymidine kinase du virus herpes simplex 1)
    Moldmed (Italie)
    Indication : traitement adjuvant chez des patients à haut risque de leucémie ayant reçu une greffe de moelle provenant d’un donneur partiellement compatible.
    Situation en Europe : Autorisé le 22 août 2016
    Statut d’orphelin en Europe : 20 octobre 2003
    Mécanisme d’action : Zalmoxis® est un produit de thérapie cellulaire destiné à élargir la population de patients éligibles pour une greffe de moelle osseuse.
  • Zavicefta/Avicaz®
    (ceftazidime-avibactam)
    Allergan (Irlande) AstraZeneca (RU)
  • Indication : infections intra-abdominales et infections urinaires compliquées
    Situation aux Etats-Unis :Autorisé le 25 février 2015
    Situation en Europe : Autorisé le 28 juin 2016
    Mécanisme d’action : associe une céphalosporine de troisième génération, la ceftazidime, à un inhibiteur de bêta lactamase de deuxième génération, l’avibactam.
  • Zepatier®
    (grazoprevir/elbasvir)
    Merck&Co (Etats-Unis)
    Indication : hépatite C (génotypes 1 et 4)
    Situation aux Etats-Unis : Autorisé le 28 janvier 2016
    Situation en Europe : Autorisé le 22 juillet 2016
    Mécanisme d’action : Zepatier® combine deux antiviraux à action directe et bloque la réplication virale en inhibant les protéines NS3/4A et NS5A. Au total, une douzaine d’antivraux à action directe, seuls ou en combinaison, sont disponibles dans l’hépatite C.
  • Zinbryta®
    (daclizumab)
    Biogen et AbbVie (Etats-Unis)
    Indication : sclérose en plaques
    Situation aux Etats-Unis : Autorisé le 27 mai 2016
    Situation en Europe : Autorisé le 5 juillet 2016
    Mécanisme d’action : Le daclizumab est un anticorps monoclonal dirigé contre une sous-unité du récepteur de l’interleukine-2, le CD25. Il agit comme un modulateur du signal de l’IL-2 qui est exprimée à un niveau élevé sur les lymphocytes T anormalement activés dans la sclérose en plaques
  • Zinplava®
    (bezlotoxumab)
    Merck&Co (Etats-Unis)
    Indication : prévention de la récurrence des infections par Clostrium difficile.
    Situation aux Etats-Unis : Autorisé le 21 octobre 2016
    Situation en Europe : Avis favorable le 22 novembre 2016
    Mécanisme d’action : Le bezlotoxumab est un anticorps monoclonal dirigé contre la toxine B de Clostrium difficile développé par l’université du Massachusetts en partenariat avec Medarex, racheté par BMS en juillet 2009. La licence avait été cedée à Merck&Co en avril 2009.

COMMENTS ARE OFF THIS POST