close
Angany Genetics lance sa campagne de crowdfunding
Acteurs et Secteurs

Angany Genetics lance sa campagne de crowdfunding

Angany Genetics fait appel au crowdfunding pour soutenir le développement de sa gamme destinée au diagnostic et au traitement des allergies au chien et au chat, Alairzen® C&D. Spin-off du CNRS et de l’université de Rouen, cette société s’est spécialisée dans la mise au point et la production d’allergènes recombinants pour le diagnostic et le traitement des allergies. Depuis sa création en avril 2010 par deux chercheurs du CNRS, Loïc Faye et Véronique Gomord, respectivement président et directrice scientifique de la société, Angany Genetics développe les applications de leurs travaux sur l’expression de protéines thérapeutiques dans des systèmes végétaux à la production d’allergènes recombinants optimisés. Alors que les produits de désensibilisation proposés par voie injectable restent basés sur des extraits bruts présentant une forte variabilité, la démarche adoptée vise à développer des traitements plus efficaces et plus spécifiques. « Nos outils de diagnostic visent à identifier « la » molécule qui est à l’origine de l’allergie du patient et c’est cette seule molécule qui sera utilisée pour sa désensibilisation », explique Loïc Faye.

Diagnostiquer et traiter l’allergie aux chats et aux chiens

Aujourd’hui, la gamme d’Angany Genetics inclut trois lignes de produits dédiés respectivement à l’allergie aux chats et aux chiens, aux pollens d’herbacées et aux acariens, chacune d’entre elles comprenant un produit de diagnostic et un produit d’immunothérapie pour une désensibilisation personnalisée des patients allergiques. La société normande, dont le développement stratégique est maintenant sous la direction de Louis-Philippe Vézina, co-fondateur du groupe canadien Medicago, cible le marché européen et le marché nord-américain pour la commercialisation de ses premiers produits (1). « Le premier produit qui arrivera sur le marché est destiné au diagnostic des allergies aux chats et aux chiens, et nous prévoyons, dans un premier temps, de réaliser les essais cliniques au Canada. Nous travaillons en parallèle, avec Louis Vézina, à la mise en place d’une unité GMP au Québec pour y assurer la production amont de nos allergènes », précise le président d’Angany Genetics. Alors que la société dispose déjà à Val-de-Reuil d’une unité adaptée à la fabrication de lots précliniques et à la mise au point de nouveaux process, ce choix d’une production à Québec vise à faciliter les inspections nécessaires pour l’autorisation des études cliniques par la FDA, l’environnement canadien, avec l’expérience déjà acquise avec Medicago, pouvant s’avèrer plus propice à l’accélération du développement des produits d’Angany Genetics. «  La FDA commence à être bien informée des capacités des systèmes de production végétale et l’obtention d’une AMM de l’agence américaine devrait nous permettre ensuite d’approcher plus facilement les agences européennes », ajoute Véronique Gomord.

 L’opération qui vient d’être lancée via la nouvelle plateforme de financement participatif  dédiée spécifiquement aux sciences de la vie et de la santé, MyPharmaCompany, se déroulera en deux temps. Une première phase d’investissement vise à lever 500 000 euros. Une fois ce seuil atteint, la deuxième phase a pour objectif de lever trois millions d’euros pour assurer le développement et la commercialisation du premier produit d’Angany Genetics, Alairzen® C&D.

(1)    Le canadien Medicago est le groupe leader de la production de protéines thérapeutiques et de vaccins dans des systèmes d’expression végétaux. Il a été racheté par le japonais Mitsubishi Tanabe Pharma en 2013.

Anne-Lise Berthier, rédactrice en chef de BioPharmAnalyses

© BioPharmAnalyses. Toute copie, diffusion, distribution, reproduction partielle ou totale  des informations publiées sur BioPharmAnalyses sont interdites sans accord préalable de la direction de la publication.


Your email address will not be published.